tomtom rider 400

Tomtom rider 400 : Test complet et avis

TomTom a rebaptisé sa série de systèmes de navigation pour motos et a procédé à quelques mises à jour. Le nouvel appareil s’appelle tomtom rider 400 et de nouveaux itinéraires ont été ajoutés en coopération avec tourenfahrer.de. Techniquement, le 550 n’est guère différent du 400 ou du 450.

  • Les données clés du tomtom rider 400
  • Affichage : écran tactile TFT de 4,3 pouces
  • Cartes : Matériel cartographique pour 45 pays
  • Boîtier : étanche IPx7
  • Mémoire : cartes Micro-SD jusqu’à 16 Go
  • Affichage : format paysage ou portrait
  • Calcul d’itinéraires : différents modes pour les motards
  • Connectivité : Bluetooth et WLAN

Les autres tomtom rider 400

Le champ d’application est plutôt limité. Par rapport à un système de navigation Garmin ou Becker, le paquet ne contient que les éléments les plus importants pour le montage sur la moto, comme un support RAM et le support TomTom pour moto avec connexion électrique. Un support de voiture avec chargeur est uniquement disponible avec le Top Package (550) ou comme accessoire.

En mars, TomTom a publié la dernière version de son système de navigation pour motos. Les différences entre le tomtom rider 400 et le becker mamba 4 sont purement une amélioration de la carte.

Le forfait comprend 100 itinéraires GPS préinstallés de tourenfahrer.de. Celles-ci sont divisées en 10 régions d’Europe. D’autres itinéraires peuvent être téléchargés avec un abonnement sur tourenfahrer.de. TomTom fournit également une brochure contenant des informations sur les itinéraires et un bon de 10 euros pour les téléchargements ultérieurs.

Les cartes du monde entier avec Lifetime Update sont un autre avantage du pack tomtom rider 400.

tomtom rider 400En dehors de cela, le tomtom rider 400 ne diffère pas du paquet précédent. Techniquement, aucun changement.

Quelles sont les variantes actuellement disponibles ?

Actuellement, TomTom propose 3 offres différentes avec une technologie de base identique :

Quoi de neuf avec le tomtom rider 400
L’une des plus grandes innovations est la connexion directe à l’internet via le WLAN. Cela signifie que les mises à jour, en particulier, peuvent être effectuées très facilement et sans PC. Les itinéraires et les pistes peuvent également être échangés.

La possibilité de se connecter à SIRI et Google Now est également nouvelle. Cela signifie que vous pouvez également utiliser les aides numériques par commande vocale via le système de navigation (par exemple avec un casque).

Le dernier grand changement concerne le transformateur. Selon Tomtom, le processeur est 5 fois plus rapide au démarrage.

Que contient la nouvelle mise à jour du logiciel ? Avant tout, ce sont probablement les corrections d’erreurs qui devraient nous faciliter la vie. Voici d’autres points :

La rotation de l’affichage peut désormais être verrouillée
Téléchargement direct par câble USB via l’explorateur de fichiers
Les dernières destinations et Mes lieux sont proposés dans les résultats de la recherche
Diverses corrections d’erreurs
Pour être honnête, nous n’avions plus à nous plaindre de bogues logiciels. Peu importe si ce sont des trajets plus longs de plus de 500 km qui ont été chargés, ou s’il faut s’adresser à des POI. Seule l’importation d’une route GPX a posé des problèmes, mais dans le format TomTom ITN, cela a fonctionné dès le départ. Vous pouvez donc désormais y accéder sans hésiter !

L’affaire

De l’extérieur, vous pouvez immédiatement voir que l’appareil a été développé à l’aide d’une technologie de pointe. L’affichage très clair et les bords en aluminium semblent très nobles. Cela en fait actuellement le plus beau système de navigation pour motos que nous ayons eu dans le test (bien que cela soit très subjectif).

Les jantes en aluminium se prolongent également vers l’arrière et remplissent deux fonctions en même temps. D’une part, ils encadrent et protègent les haut-parleurs, et d’autre part, ils forment le pôle opposé au support de montage à l’arrière.

Sur la face supérieure se trouve un bouton d’alimentation, en bas une ouverture pour la carte SD et une autre pour le câble USB.

La batterie n’est pas interchangeable et a une autonomie d’environ 6 heures.

L’affichage

L’affichage est actuellement unique parmi les systèmes de navigation pour motos. Bien que la résolution de 480 x 272 pixels soit identique à celle des concurrents, le verre utilisé lui donne un aspect beaucoup plus clair et brillant. On a plus le sentiment de manipuler un smartphone qu’un appareil de navigation.

Comment utiliser le tomtom rider 400 ?

Le TomTom Rider est un peu lent au démarrage, il faut 55 secondes* pour se préparer à la navigation. En outre, nous sommes très impressionnés par le concept de fonctionnement du nouvel appareil TomTom. Se déplacer sur la carte avec l’écran tactile est un vrai plaisir et peut être comparé aux puissants smartphones.

tomtom rider 400*La mise à jour appelée tomtom rider 400 a un nouveau processeur et est maintenant beaucoup plus rapide au démarrage.

La saisie de l’adresse est intuitive, ce qui signifie qu’il suffit de saisir ou de commencer à saisir le nom de la rue et le système de navigation commence à ajouter les informations appropriées. Cela a très bien fonctionné lors du test.

Les fonctions supplémentaires sont quelque peu limitées. Il n’y a pas de jauge à carburant ou de dispositif similaire à bord. Mais les fonctions les plus importantes sont faciles à trouver et agréables à utiliser. Le menu de réglage offre également des possibilités suffisantes. Vous pouvez donc (ce que nous recommandons) passer à un matériel cartographique plus contrasté et changer la couleur des menus.

Une caractéristique intéressante pour certains est la connexion Bluetooth avec les smartphones. Vous pouvez donc écouter confortablement la musique via le casque relié au système de navigation de la moto. Les appels entrants sont également affichés grâce à la connexion Bluetooth et peuvent être répondus ou rejetés.

La planification de l’itinéraire

Ici, notre avis est quelque peu partagé. D’une part, il y a la nouvelle fonction de “planification d’un voyage aller-retour”. Vous entrez une destination et laissez le système de navigation planifier un aller-retour jusqu’à ce point et un retour. Il y a des cadres pour des itinéraires montagneux et sinueux. C’est très intéressant et dans la plupart des cas, vous trouverez des itinéraires que vous ne connaissiez pas auparavant. Mais modifier l’itinéraire est relativement peu pratique et doit se faire via le menu.

La deuxième page consiste à planifier un itinéraire défini par le conducteur. Donc par exemple de A à B et non pas de retour, comme dans le cas du voyage aller-retour assisté par ordinateur. Vous sélectionnez votre destination et vous ajoutez des points d’itinéraire entre les deux en cliquant sur la carte. Malheureusement, il n’est pas possible de déplacer les points. En raison de l’étroitesse de l’exposition, la planification est relativement peu amusante. Pour être juste, il faut toutefois mentionner que c’est encore le meilleur système à ce jour à cet égard. Cela est principalement dû à la rapidité de réaction de l’affichage lorsque la carte est déplacée.

La planification sur PC est bien sûr toujours possible. Grâce à la nouvelle mise à jour du logiciel, vous pouvez également transférer les itinéraires calculés directement au système de navigation via USB. Bien que cela soit mentionné dans le manuel, il n’a pas été possible d’importer une route GPX. Nous avons donc utilisé le format ITN, qui a bien fonctionné.

Malheureusement, TomTom a quand même décidé d’utiliser un environnement logiciel plus ouvert. Il n’est donc pas possible d’utiliser du matériel cartographique étranger.

Il n’y a pas non plus de planification linéaire directe, deux points qui rendent le TomTom Rider 400 inutile pour les fans de tout-terrain. Mais ce groupe d’acheteurs est probablement assez mince et doit encore recourir à Garmin.

Navigation

Là encore, le TomTom ne présente aucune faiblesse significative. Le recalcul de l’itinéraire fonctionne assez rapidement, la lisibilité de l’affichage est très bonne. Étonnamment, nous n’avons pas beaucoup aimé l’affichage rotatif. La possibilité d’avoir une meilleure vue d’ensemble de l’itinéraire n’était pas vraiment perceptible. Nous préférions le format paysage. Le point positif, en tout cas, est que le logiciel verrouille la rotation de l’écran.

Nous avons pu confirmer la durée de vie de la batterie de 6 heures lors de notre test.

Les instructions vocales sont claires et passent par les haut-parleurs ou le Bluetooth à une heure raisonnable.

Verdict

Le TomTom tomtom rider 400 a manifestement surmonté ses problèmes de jeunesse. C’est bien, c’est bien aussi que TomTom écoute ses acheteurs et implémente les fonctionnalités requises. The Rider est le système de navigation pour motos le plus moderne du marché. Qui peut se passer de matériel cartographique étranger et de promenades hors des sentiers battus, devrait choisir le TomTom dans la liste des finalistes.